La psychologie positive

La psychologie positive s’intéresse au bien-être et à tout ce qui peut y contribuer. Son but n’est pas de s’intéresser à la maladie (physique ou psychique), à la souffrance, ou encore aux problèmes relationnels.

Définition

Sa définition est tirée du Manifeste de psychologie positive, publié en 1999 par les plus grands spécialistes de cette discipline :

« La psychologie positive est la réflexion scientifique sur le fonctionnement humain optimal. Elle vise à isoler et mettre en valeur les facteurs favorisant l’épanouissement des individus et des communautés. Cette école incarne une démarche nouvelle de la part des psychologues chercheurs : il s’agit de se focaliser sur les origines de la bonne santé psychologique, et ce en dépassant l’accent précédemment mis sur les concepts de maladie et de trouble. »

La psychologie positive est née de nombreux travaux scientifiques dévoilant comment atteindre un bien-être physique et mental, le développement des capacités et parvenir à l’épanouissement humain.

Pour qui?

La psychologie positive s’adresse à toute personne (enfant, adolescent, adulte) souhaitant une vie au-dessus de la ligne de base, définie par l’absence de troubles et maladies (« life above zero »).

Son but

Elle à pour objectifs la prévention et le soin, l’éducation, l’accompagnement professionnel, la relation d’aide… Ainsi, son but est d’accroître le sentiment de bonheur, qui est bien plus que l’absence de souffrance ou de malheur.

Notre vie intérieure est sans cesse parasité par des pensées qui nous sont imposées et qui nous donnent parfois une vision de la vie plus dramatique qu’elle ne l’est vraiment.

Ainsi, la psychologie positive préconise de modifier des croyances, des pensées et d’initier d’autres comportements, par le biais de stratégies, d’outils, élaborés sur une base scientifique et expérimentale.

Il faut savoir que la prise de conscience des mécanismes complexes mis en jeu est déjà un pas vers la libération. La compréhension de ce qui fait mal, est un premier pas vers (je dis bien seulement un 1er pas) vers un mieux-être. Il s’agit ensuite d’apprendre petit à petit à guider nos réflexions dans la bonne direction. Ce travail sur soi engendre des modifications de certains modes de fonctionnement (pensées, émotions, comportements) et ainsi amener vers une transformation de la vie au quotidien.

Changer nos habitudes

La psychologie identifie 3 étapes primordiale permettant de modifier un comportement :

1 – il est nécessaire que nous comprenions pourquoi ce nouveau comportement nous ferait du bien ;

2 – il nous est important d’en ressentir l’intérêt pour en retirer un impact positif ;

3 – il faut agir pour créer et encrer ce nouveau comportement.

Le bonheur est un choix de vie

  • choisir d’apprécier les émotions agréables : joie, enthousiasme, fierté…,
  • choisir de s’engager dans des activités que l’on aime, qui nous épanouissent, pour lesquelles on se sent utile, dans lesquelles on se réalise,
  • choisir de privilégier des relations inspirantes et nourissantes,
  • choisir d’être safisfait de ce que l’on a accompli, de ce que l’on vit,
  • choisir de rester serein et d’éprouver la joie d’être en vie, indépendamment des circonstances extérieures (chagrins, épreuves, péripéties…)

Je reçois dans mon cabinet à Bordeaux les adolescents, les adultes et les familles qui souhaitent un espace et un temps personnel de parole et de réflexion sur soi.

Surmonter les difficultés en s’appuyant sur les forces individuelles et les ressources environnementales :

– Confiance en soi et forces de caractère, Accueil et reconnaissance des émotions,

– Adaptation, Acceptation et Résilience

– Engagement, Orientation scolaire et professionnelle, Gestion du stress,

– Qualité de vie, Bien-être au travail, Communication

– Pédagogie positive et parentalité bienveillante, Relation de couple …

Source : http://www.journeesdaccords.com/images/documents/actes/2016-psychologie-positive.pdf

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités